Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Données ethnologiques pour le classement de Tataa

Publié le par rohutu

DSC03704.jpg picture by rohutu

 

La réputation de rereraa varua ou « point d’envol des âmes » attribuée au promontoire de Tataa est de notoriété culturelle bien ancrée dans la mémoire collective.

Cette connaissance de la fonction de Tataa est:


- d’une part transmise oralement par les paripari fenua et autres pehepehe traditionnels que chantent régulièrement les groupes de Himene tarava de Faaa .


- d’autre part inscrite dans de nombreux écrits dont notamment les textes classiques de littérature orale polynésienne d’auteurs de premier ordre comme Teuira HENRY, Pouira a TEAUNA dit TE ARAPO, ou Vonnick BODIN.

 

Selon la tradition orale polynésienne, le point de départ des âmes se situe en général
à la pointe nord-ouest de chaque île et sur lequel les seuls éléments lithiques sont 2 pierres Te òfaì ora (la pierre de vie) et Te òfaì pohe (la pierre de mort).
 

Situé à la jonction des communes de Faaa et de Punaauia, le promontoire de Tataa se trouve être le rereraa varua principal pour les habitants de Tahiti.

La pointe nord-ouest de chacune des îles de Polynésie est généralement réservée à cet usage.


Appelée Ke-Kaa (l’équivalent de Te-Taa, ou Ta-Taa) sur l’île de Maui (Hawaii),ou
Kiukiu (qui signifie très ancien) sur l’île de Hiva Oa où se trouve le point de départ des âmes pour tout l’archipel des îles Marquises,


Hiva-Oacopie.gif

 

Elle est plus souvent nommée Te-Rei-A-Varua, Rere-A-Varua,
avec toutes les variantes linguistiques propres à chaque archipel :

Renga-Vaerua à Mangaia (Cook Islands),
Reinga-Wairua au Cape North (Nouvelle-Zélande),
Leina Kauhane à Ka’ena (Oahu),
Te Rerega (Mangareva) notamment.


Les pointes situées au nord-ouest des îles de la Société sont abrégées aujourd’hui en Terei’a, comme celle de Huahine:

Carte: Tereia i Fitii
Huahinecarte.gif
 

de Tahaa:

Carte : Tereia i Patio

Tahaacarte.gif
 

de  Bora-Bora:

Carte: Tereia i Tevaitapu

Poraporacarte.gif
 

de Maupiti:

Carte: Tereia i Taatoi

Maupiticarte.gif
 

ou portent un nom lié à l’envol des âmes,
comme Ti’a Ma’ue sur le motu Tiàraaunu à Tetiàroa:

Carte: Tià Maùe i Tetiàroa

Teturoacarte.gif
 

 

Tataa fait  donc partie d’un réseau de points d’envol des âmes qui couvre
l’ensemble des îles du Pacifique.

Toujours respectés par les populations locales, tous ces lieux ont, jusqu’à ce jour, conservé leur état naturel.


Selon les enseignements traditionnels, l’âme plonge toujours dans un bain d’eau très froide pour se « ressourcer » avant de monter sur le promontoire et de quitter Te Ao
Il s’agit en l’occurrence des 2 sources qui jouxtent le promontoire, c’est-à-dire :
-Punaau côté Punaauia
pour les âmes en provenance des districts de la côte Ouest  -Vaihuna côté Faaa pour celles provenant des districts de la côte Est.

Si les sources en général sont déjà protégées par la réglementation régissant le domaine public, il convient en plus de reconnaître leur place dans le site du rereraa varua et de les entourer d’un périmètre de protection.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans articles en français

Partager cet article

TATAA ,vahi rereraa varua i Te Pö

Publié le par rohutu no'ano'a

 

De tous temps Tataa a été réservé à l'usage exclusif

 

des âmes en partance pour Rohutu, Havaii, Te Pö.

DSC02262.jpg

 
Faatara i te mau mana'o, ia vetea to ààu
Faatara o te vaite i to te ao
Mai te pö àu'iu'i mai to na vai noa raa
Ei fenua moà parahi-'ore-hia e te taata
Ei mouà faaherehere hia e te nunaa ma'ohi
Ei vahi hau nui no te tutonuraa rahi o te varua.
 

Publié dans reo ma'ohi

Partager cet article

Tataa, lieu d'envol des âmes

Publié le par rohutu no'ano'a

Tataa, lieu d'envol des âmes vers te Pö
DSC03709.jpg picture by rohutu

 


Selon la conception polynésienne du monde, l’âme, après s’être séparée de ses enveloppes et coquilles temporelles (tino, vaite, mauri), effectue un parcours précis à l’intérieur de son mata’einaa (district), puis se dirige vers le promontoire de Tataa ; c’est là qu’elle se recueille, fait le bilan de son incarnation et comprend ce qu’elle a accompli. Elle se concentre alors et prend, parmi les différentes voies, celle qui la mènera à Rohotu, Hawaiki, Te Pö.



Il n’est donc pas étonnant que nos tupuna (ancêtres) aient attribué le nom de Tataa à ce lieu, taa signifiant d’une part se séparer, se détacher et d’autre part comprendre.
L’atmosphère de calme, de paix, de sérénité qui y a toujours régné est nécessaire à l’effort intense de concentration de l’âme et conforme à la fonction de ce lieu et celle-ci doit être préservée.



L’absence de structures lithiques construites de main d’homme tels que marae , ou paepae témoignent de la volonté de réserver ce lieu à l’usage exclusif des âmes en partance. Cette « virginité » affirme ou confirme l’extrême sacralité du lieu, un lieu si sacré que l’homme n’ose pas y apposer sa trace. En effet, ces lieux ne font pas partie de Te Ao (le monde matériel, visible) mais de Te Pô (le monde immatériel, invisible). La colline de Tataa tout entière doit rester libre de tout édifice construit de main d’homme. 

Qu’en est-il alors de Pai qui a laissé la trace de son pied gauche au bas de la    falaise ?

Effectivement, c’est l’exception qui confirme la règle. La tradition orale nous enseigne qu’au moins deux êtres humains, en l’occurrence Pai et Tafa’i, ont fait étape à Tataa.
Cependant, il s’agit là d’êtres particulièrement évolués, qui, au cours de leur chemin initiatique, font l’expérience d’entrer dans Te Po, et d’en revenir, en chair et en os.
De plus, la trace de pied est située au bas de la falaise, et non au sommet ni sur les flancs du promontoire, sur une roche continuellement lavée par l’eau de mer, comme pour s’excuser de cette intrusion.



Association ROHUTU NOANOA
30/11/06

Références :
- DANIELSSON Bengt : TAHITI, Circle Island Tour Guide, Les Editions du Pacifique, 1987, p152
- HENRY Teuira : TAHITI aux temps anciens, Société des Océanistes, 1968, notions d’une vie future p 208 & 209, Tafa’i et Hina p577
- LEVERD, André : Croyances relatives aux âmes et à l’autre vie chez les polynésiens, réédité in BSEO n°248, sept 1989, p 129 à 139
- TE ARAPÖ : Parau Tumu no TAFA’I, CPSH Te Anavaharau, 1998.

Publié dans articles en français

Partager cet article

Tata'a, vahi rereraa varua i te pö

Publié le par rohotu

 

DSC03704.jpg picture by rohutu
 

Ia au i te tiàturiraa a te mau maohi, ia unuhi te varua , e rere o ia mai to na mataèinaa e tae roa atu i te ötu’e o Tataa , na nià i te hoê aratià i taôtià-maitai-hia .
 

I reira o ia e fariu ai i te oraraa o ta na i ora mai i te ao nei , i reira atoà o ia e hiroà ai i te mau haa i ravehia mai e ana ma te tutonu maite, hou a rere atu ai i te Rohutu Noànoà i Havaii i Te Po .

Te auraa hohonu ia o Tataa , tei faarirohia e to tatou mau tupuna ei vahi no te faataaraa :

Faataaraa i te mau manao, ia vetea to ààu
Faataaraa o te Vaite i to te ao .
Mai te po a iuiu mai to na vai noa raa
Ei fenua moà parahi -ore -hia e te taata ,
Ei mouà faaherehere hia e te nunaa maohi
Ei vahi hau nui no te Tutonuraa rahi o te varua

tataa.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ia au i te mau parau paari a te mau tupuna ,ua riro te mau ôtuè e hiti i te pae Apatoà –Tooà o te Ra  o te mau motu tatai tahi o na poro e toru o te Ao Maohi , ei vahi no te rereraa varua :

- Kekaa i Maui(Hawaii) ,
- Renga vaerua i Mangaia ,
- Te Rerenga wairua i Te Aotearoa ,
- Leina Kaùhane i Oahu ,
- Te Rerega i Maareva .


I te mau motu raro matai ma ua haapotohia  Te rei a varua , Rere a varua , ei TEREI’A:

 

 

i Fitii (Huahine)

 

 

,Huahinecarte.gif

 

 

Patio (Tahaa) ,

 

 

Tahaacarte.gif

 

 

Tevaitapu (BoraBora) ,

 

 

Poraporacarte.gif

 

 

Taatoi (Maupiti)

 

 

Maupiticarte.gif

 

 

I Tetiàroa, o Tiàmaùe ia to na ioa .

 

 

Teturoacarte.gif

 

 

O Kiukiu i HIVA-OA te rereraa varua no  te mau motu NUUHIVA ato'a.

Hiva-Oacopie.gif picture by rohutu


E mau vahi i faaturahia e te huiraatira o te mataèinaa , e , ua vai noa ratou i roto i nanaihere.
I reira , aore e marae i patuhia , aore e paèpaè i faatiàhia , e tapao ia no te faaherehereraa hia i taua mau vahi ra no te faaineineraa o te mau varua i to ratou fano atea raa .
 
Ua riro hoi te reira ei tapao no te moàraa o tera mau vahi , inaha hoi, eere no te Ao , no te Po ra .

 

Ia vai noa te taàtoàraa o Tataa ei vahi - haùti - ore - hia e te rima taata.


E aha atu ra ia te parau no te tapuaè âvae o Pai i paohia i nià i te toà i te tumu o te mato ?
Ia au i te mau faatiàraa a to tahito, mai te mea ra, e piti taata i tere na Tataa : o Pai e o Tafa'i na aito tuiroo i tere atu i roto i te , e  o tei hoi faahou mai i te Ao nei.

IMGP0390.jpg picture by rohutu

 

E ö atoà mai nä puna pape e vai nei, i te hiti o Tataa , oia hoi o Punaau i Punaauia e o Vaira'i i Faaa i roto i teie vahi moà ,no te mea i reira te mau varua e naue ai hou a taùma atu ai i nià i te âivi no te faaruè mai i te Ao nei.

 


TAATIRAA ROHUTU NOANOA
30/11/06
Puta i reira te iritiraahia mai teie mau parau:

DANIELSSON Bengt : Tahiti , Circle island Tour Guide, Les éditions du Pacifique 1987 p.152
HENRY Teuira : Tahiti aux temps anciens , Société des Océanistes 1968 , notions d’une vie future P.208 et 209 , Tafai et Hina p.577.
LEVERD André :Croyances relatives aux âmes et à l’autre vie chez les polynésiens, réedité in BSEO n°248, sept 1989 p.129 à 139
TE ARAPO : Parau tumu no Tafai , CPSH Te anavaharau 1998

 

Publié dans reo ma'ohi

Partager cet article

Tataa, souls takeoff place

Publié le par rohutu no'ano'a

 

Tataa, vahi rereraa varua i te pö

According to native teachings, the varua or soul, after removing itself from its earthly shells called tino, vaite, and mauri, travels a long way before reaching Rohutu, Hawaïki, or Te Pö.
For the inhabitants of the island of Tahiti, this path has some stopping-places in the mataeinaa (district) itself, then the varua goes to Tataa promontory, situated at the most north-western headland of Tahiti.

 

 

.tataa.gif picture by rohutu

 

There, the varua meditates over its past incarnation and understands its deeds. It then concentrates to understand and see, between the various paths, the most appropriate one to reach its spiritual abode.

DSC03709.jpg picture by rohutu

 

It is therefore not surprising that our ancestors had given the name Tataa to this holy place, the word taa having two meanings :
1- to separate, to remove itself and
2- to understand.
The atmosphere of quietness, peace and serenity which has always prevailed there, is necessary for the intense concentration of the varua and suits the function of the site ; this atmosphere has to  be preserved.

As André LEVERD points out in his article referenced below, the north-western most headland of each island of Polynesia is usually reserved for such a duty.

Called Ke-Kaa (the equivalent of Te-Taa or Ta-Taa) on the island of Maui (Hawaii), it is more often called Te-Rei-a-Varua, Rere-a-Varua, with all the linguistic variations particular to each archipelago :
Renga-Vaerua in Mangaia (Cook Islands),
Reinga-Wairua at Cape North (New-Zealand),
Leina Ka’uhane at Ka’ena (O’ahu),
Te Rerega (Mangareva)
amongst others.

In the Society islands, these north-westernmost points are today shortened as Terei’a, like for example the one in Fitii (Huahine)
 

 

Huahinecarte.gif picture by rohutu



in Patio, (TAHAA)

Tahaacarte.gif picture by rohutu

in Taatoi (Maupiti)

Maupiticarte.gif picture by rohutu


in Tevaitapu, Porapora

Poraporacarte.gif picture by rohutu

or bear a name related to the embarking of the varua on the journey to Te Pö, like Ti’a Ma’ue on Tiaraaunu motu of Tetiaroa atoll

Maupiticarte.gif picture by rohutu

Kiukiu (which means very ancient) on Hiva-Oa is the departure place of the souls for all the islands of the Marquesas Islands.

Hiva-Oacopie.gif picture by rohutu


Respected by the local inhabitants, all these places have, until to-day, kept their natural state.

The absence of human-built lithic structures such as marae or paepae expresses the will to reserve these places for the exclusive use of Te Pô-bound varuas.
This asserts or confirms the extreme sacredness of the site, so sacred that man does not dare put his mark. These places do not actually belong to Te Ao (the visible, material world) but they belong to Te Pö (the invisible, spiritual world).

Tataa promontory should therefore remain free of any man-built structure.

What about Pai then, who left his left foot imprint at the base of Tataa cliff ? It is indeed the exception that confirms the rule. Oral tradition teaches us that at least two human beings, namely Pai and Tafa’i, made a stop at Tataa.
However, these were two particularly evolved beings who, on their journey to self-initiation, experienced, while being in a human form, the going into and coming back from Te Pö. Morever, Pai’s footprint is located, not at the top nor on the side of the hill, but on a beach-rock constantly washed by sea water, as if excusing itself for the intrusion.


IMGP0390.jpg picture by rohutu

We know that the two watersprings that are next to the hill, namely Puna-au on Puna-auia side, and Vai-Raì on Faaa side are part of this sacred site because, according to traditional teachings, the varua dives into a very cold spring before ascending the promontory and leaping into Te Pö.

These sites are eternally sacred. Recognition and respect of these sanctuaries help to raise our consciousness and the necessity to recognize and respect each individual inner sanctuary.

 

 

 

DSC03704.jpg picture by rohutu

Bibliography :
- DANIELSSON Bengt : TAHITI, Circle Island Tour Guide, Les Editions du Pacifique, 1987, p152
- HENRY Teuira : TAHITI aux temps anciens, Société des Océanistes, 1968, notions d’une vie future p 208 & 209, Tafa’i et Hina p577
- LEVERD, André : Croyances relatives aux âmes et à l’autre vie chez les polynésiens, réédité in BSEO n°248, sept 1989, p 129 à 139
- TE ARAPÖ : Parau Tumu no TAFA’I, CPSH Te Anavaharau, 1998.

 

 

Publié dans articles in english

Partager cet article

Quelques ouvrages de référence

Publié le par rohutu

POUIRA A  TEAUNA DIT TERAUPOOTafaiune.gif picture by rohutuTafai2.jpg picture by rohutu

 
 
BENGT DANIELSSON

Danielssoncouv.jpg picture by rohutuDanielssonp152.jpg picture by rohutu

 

 

ANDRE LEVERD dans

BSEOn7.jpg picture by rohutuLeverdextrait.jpg picture by rohutu
 

 

 




THenrycouvert.jpg picture by rohutuTHenryp577.jpg picture by rohutu

 

 

 

 

 

 

 

 

LOUISE PELTZER dans

BSEOSommaire-1.jpg picture by rohutusc000e96c5.jpg picture by rohutuLPlieuctsoleilcouchant.jpg picture by rohutu

 

 

 

 

Partager cet article

Règlementation concernant le classement des sites

Publié le par rohutu

Environnement et culture sont de compétence du Pays et non de l'Etat: extrait du Code de L'Aménagement du Territoire,(consultation-tableau 2).

TITRE 5
DU PATRIMOINE NATUREL ET CULTUREL DU TERRITOIRE, DU CLASSEMENT ET DE LA PROTECTION DES SITES, MONUMENTS, OBJETS ET ELEMENTS EN DEPENDANT, ET DE LA REGLEMENTATION DES FOUILLES

CHAPITRE 1
CLASSEMENT ET PROTECTION


Article D.151-1 :

Il est établi, dans le territoire, une liste des biens immobiliers et une liste des sites ou des monuments naturels dont la conservation ou la préservation présente un intérêt historique, artistique, scientifique, légendaire, folklorique. Ces différentes listes sont publiées au Journal officiel du territoire.

L'inscription sur ces listes est prononcée par arrêté du chef du territoire en conseil de gouvernement, sur proposition de la commission des sites et des monuments naturels, désignée en application des dispositions de l'article D.100-2 du présent code. Elle est notifiée par l'autorité administrative du lieu aux propriétaires des biens, sites ou monuments.

L'inscription entraîne, pour ces propriétaires, l'obligation de ne pas modifier l'aspect du bien, du site ou du monument naturel, de ne pas procéder à des travaux autres que ceux d'exploitation normale en ce qui concerne les fonds ruraux, de réparations courantes et d'entretien en ce qui concerne les immeubles et les meubles, sans en avoir avisé le chef de la circonscription administrative intéressée au moins deux mois avant la date envisagée pour le commencement des travaux.

L'inscription devient caduque un an après la notification au propriétaire, si elle n'a pas été suivie d'une proposition de classement, régulièrement signifiée audit propriétaire dans ce délai d'un an.

G         Sur la composition et les attributions de la Commission des Sites et des Monuments Naturels, voir l'article D.152-1

G         Voir observation préliminaire n° 1.

Article D.151-2 :

Les biens meubles et immeubles, les sites et les monuments naturels dont la préservation présente un intérêt historique, artistique, scientifique, légendaire, folklorique, inscrits ou non sur les listes prévues à l'article précédent, peuvent faire l'objet d'un classement en totalité ou en partie.

Pourront également être classés les terrains qui renferment des stations de gisement ancien et les immeubles dont le classement est nécessaire pour isoler, dégager ou assainir un immeuble classé ou proposé pour le classement.

Article D.151-3 :

La proposition de classement est notifiée au propriétaire à l'initiative du chef de territoire, par l'autorité administrative du lieu. Le propriétaire dispose d'un délai de trois mois pour présenter ses observations.

Les effets du classement s'appliquent de plein droit au bien meuble, immeuble, au site ou au monument naturel en cause, à partir de cette notification. Ils cessent de s'appliquer si la décision de classement n'intervient pas dans l'année qui suit la date de notification.

G         Voir observation préliminaire n° 1.

Article D.151-4 :

S'il y a consentement du propriétaire, un arrêté du chef de territoire en conseil de gouvernement détermine les conditions du classement et mentionne l'acceptation de ces conditions par le propriétaire.

A défaut de consentement du propriétaire ou passé le délai qui lui est imparti par l'article précédent pour présenter ses observations, le classement pourra être prononcé d'office par le chef de territoire en conseil de gouvernement après avis de la commission des sites et des monuments naturels.

Le classement des monuments et des objets, à l'exclusion des sites, pourra donner lieu à octroi au propriétaire d'une indemnité représentative de la servitude du classement d'office.

Les demandes d'indemnisation devront, à peine de forclusion, être produites dans les six mois à partir de la notification du classement.

G         Voir observation préliminaire n° 1.


Article D.151-7 :

L'expropriation d'un immeuble classé ou proposé pour le classement, celle des immeubles dont l'acquisition est nécessaire pour isoler, dégager, assainir ou mettre en valeur un immeuble classé ou proposé pour le classement est réglée par les lois et règlements en vigueur.

A défaut d'arrêté de classement et lorsque l'utilité publique a été déclarée, l'immeuble demeure soumis provisoirement à tous les effets du classement, mais cette sujétion cesse de plein droit si, dans les trois mois de la déclaration d'utilité publique, l'administration ne poursuit pas les formalités préalables à l'expropriation.

Article D.151-8 :

Les effets du classement suivent le bien, le site ou le monument naturel, en quelque main qu'il passe. Nul ne peut acquérir de droits par prescription sur un immeuble, un site ou un monument classé. Quiconque aliène un bien, un monument naturel ou un site classé ou une parcelle d'un site classé, est tenu de faire connaître à l'acquéreur l'existence du classement préalablement à l'aliénation.

Toute aliénation d'un bien, d'un site ou d'un monument naturel classé ou d'une parcelle de site classé doit, dans le mois de sa date, être notifié au chef de territoire par celui qui l'a consentie.

Les biens, les sites et les monuments naturels classés et les parcelles de ceux-ci ne peuvent être détruits et déplacés ni être l'objet d'un travail de restauration, de réparation ou de modification quelconque, sans l'autorisation du chef de territoire suivant les conditions qu'il aura fixées.

G         Voir observation préliminaire n° 1.

Article D.151-9 :

Le chef de territoire pourra exercer, au nom du territoire, sur toute vente publique de biens conformes à la définition qu'en donnent les articles D.151-1 et D.151-2 ci-dessus, un droit de préemption par l'effet duquel le territoire se trouvera subrogé à l'adjudicataire.

Déclaration est faite par le chef de territoire ou son délégué qu'il entend éventuellement user de son droit de préemption, lequel sera formulé à l'issue de la vente entre les mains de l'officier public ou ministériel dirigeant l'adjudication.

La décision du chef de territoire devra intervenir dans un délai de vingt jours pour l'île de Tahiti et de deux mois pour les autres îles.

G         Voir observation préliminaire n° 1.

Article D.151-10 :

Le chef de territoire peut faire exécuter d'office, aux frais du territoire, les travaux de réparation et d'entretien qui sont jugés indispensables à la conservation des biens, des sites et des monuments naturels classés. Pour assurer l'exécution des travaux urgents de consolidation dans un immeuble classé, le chef de territoire, à défaut d'accord amiable avec le propriétaire, peut autoriser, par arrêté, l'occupation temporaire de l'immeuble ou des immeubles voisins. Sa durée ne peut excéder six mois ; elle peut donner lieu à indemnité en cas de préjudice.

G         Voir observation préliminaire n° 1.

Article D.151-11 :

Aucune construction neuve ne peut être adossée à un immeuble classé sans autorisation expresse du chef de territoire.

L'affichage, ainsi que la pose de panneaux-réclame, sont interdits sur les immeubles, les monuments naturels classés, ainsi que dans les sites, sans que les dispositions du titre VI du livre I du présent code puissent être invoquées.

Ils peuvent également être interdits autour desdits immeubles, sites et monuments dans un périmètre qui   est, dans chaque cas particulier, déterminé par arrêté du chef de territoire en conseil de gouvernement.

Les servitudes légales d'alignement et autres qui pourraient provoquer la dégradation des monuments ne sont pas applicables aux immeubles classés.

Aucune servitude ne peut être établie par convention sur un immeuble, un site ou un monument naturel classé qu'avec l'agrément du chef de territoire, en conseil de gouvernement.

G         Voir observation préliminaire n° 1.

Article D.151-12 :

(Dél. n° 94-95 AT du 21 juillet 1994)

Autour des sites et des monuments naturels classés ou inscrits sur la liste prévue par l'article D.151-1, ainsi que dans les zones présentant un intérêt historique, scientifique, artistique, pittoresque ou touristique, un périmètre de protection peut être établi suivant les dispositions définies au chapitre 2, du titre 2, du livre I du présent code.

Article D.151-13 :

L'arrêté est transcrit au bureau de la conservation des hypothèques de Papeete, dans les conditions prévues à l'article D.151-6. Cette transcription ne donne lieu à perception d'aucun droit.

Article D.151-14 :

Le déclassement total ou partiel d'un immeuble, d'un site ou d'un monument naturel classé est opéré dans la même forme que son classement.

L'acte de déclassement est notifié au propriétaire et transcrit au bureau de la conservation des hypothèques de Papeete, à l'initiative du propriétaire. Cette transcription ne donne lieu à perception d'aucun droit.

précédent

Partager cet article

Pourquoi et comment classer Tataa

Publié le par rohutu

Observons en premier lieu qu’il existe peu de sites culturels aussi démocratiques que Tataa. En effet, la grande majorité des sites culturels sont liés à une classe sociale (marae arii), un clan particulier (sites liés aux Teva, ou aux Porionuu), à un district particulier (Mouà Tamaiti pour les habitants de Papara par exemple).

A Tataa, il n’est fait aucune distinction d’appartenance ou non à un groupe, qu’il soit familial, social, ethnique ou religieux. Tous les habitants de l’île de Tahiti passent par Tataa et sont donc concernés par son devenir.

Des sites similaires font l’objet de protection à l’échelon non seulement national mais également international. Ainsi en est-il pour le Reinga Waerua situé au Cape Reinga au Nord de la Nouvelle-Zélande, qui fait partie des sites classés de Nouvelle Zélande et pour lequel a été entamé le processus de protection au patrimoine mondial de

l’UNESCO par son inscritption, depuis 1993, sur la liste indicative.

55387327.CapeReinga1NewZealandCapeReinga06.jpg
photo: Cape Reinga

Il convient de remarquer que ce site fait partie des circuits touristiques proposés aux visiteurs qui sont invités, après avoir marché sur une certaine distance et atteint la limite séparant Te Ao de Te Pô et qui est matérialisée par une chaîne qu’il est interdit de franchir, à admirer de loin le promontoire réservé à l’usage exclusif des varua.

 

55387326.CapeReinga1NewZealandCapeReinga05.jpg

photo: Cape Reinga

Ce site reçoit environ 200 000 visiteurs par an.
Il est l’exemple d’une activité s’inscrivant dans la logique
du développement durable, puisqu’il allie protection de la ressource
(en l’occurrence un trésor culturel immatériel du patrimoine maori)
et sa mise en valeur raisonnée (accueil cadré de visiteurs).

55387333.CapeReinga1NewZealandCapeReinga12.jpg

photo: Cape Reinga
 
La sauvegarde de nos sites, si elle commence impérativement par leur inscription sur la liste des sites classés, doit également se poursuivre par un effort de sensibilisation et d’éducation de nos
populations. Cette dimension éducative et informative fera l’objet de propositions à venir.

Publié dans articles en français

Partager cet article

Himene Tarava no TATAA

Publié le par rohutu

DSC01916.jpg


Ei nià mau ra FANATEA ra
Te vahi tauraa varua e
E vahi haruraa varua i te pö
Paina te miti i VEO ra e

 

TATAA o te tara i muri e
No òe AIMEHO nui ra e
No roto hoì òe TATAA iti e
Te ià o TAHITI nui ra e

E vahi hahano, e vahi moà ra
Ua hotaratara te manaò e
Maraamu toètoè te mataì nei e
Ua reva tei herehia ra e

Aue ra ia o TATAA iti e

Toù fenua iti TEFANA e
TATAA teie tarava noa mai
I te pae te tooà o te ra e
aò faahou ia òe e

Haere mai ra TU-TA-HORO’A
Paruru tei tapuhia na e
TAMARII FANATEA a tià mai i nià
Faaìte ta òe pehepehe e

Eiaha, eiaha roa ra
E haamoèhia ra
TATAA iti e, te toòà o te rä
Te vahi rereraa varua e.

 

Bruno LEON, Tarava Tahiti, Heiva 1999.

Publié dans reo ma'ohi

Partager cet article

TAFA'I I TATAA (1)

Publié le par rohutu

Ia au i te mau faatiàraa a to tahito, mai te mea ra, e piti taata i tere na Tataa :
o Pai e o Tafa'i na aito tuiroo i tere atu i roto i te Pö , e  o tei ho'i faahou mai i te Ao nei.
Teie te faati'araa a TE ARAPÖ na roto ia ratio Tahiti i te monire 19/11/1962

 

Te parau nö Hina'ehu'ehu:

Ia maoro a'era, reva atu ra o Täfa'i i te tire nä te mau taha fenua i Hititautauini'a ë tae'a roa atu i te motu ra o Mörane, nä reira ato'a i te mau pae fenua i raro: o Rimatara, o Rurutu,o Ra'ivavae, o Tupu'ai, o Oparo ë, ho'i mai nei i Tahiti nei.
Roohia mai e Täfa'i , nö pohe noa atu ra o Hina'ehu'ehu täna vahine.

P+M Të mähanahana noa ra ä te tino tei faatäravahia i ni'a i te paepae ö töna iho marae i Farero'i, tei hätuahia e te mau tahu'a e te fëtii tä'ato'a. Teie te reo ö Täfa'i e:

 
Te tapaparaa varua:

"Auë ta'u vahine ë, ua pohe ! E nä fea atu ra vau i teie nei. Aita vau i mätau i te fenua Hitimahana, e mea tauä'ave roa ia'ü ia haere i ô !
Auë ia'u vahine iti ë !"
I te tahu'a rahi, parau ato'a atura oia e:
-Na fea atu ra? E'ita änei tä'u vahine e ora faahou mai?
Te pahono ra te tahu'a e:
-Oia ! e ora faahou mai tä oe vahine. E faaitoito oe i te tapapa e faaho'i mai i tona varua. A haapeepee, no reva noa atura. Te ori hânoa ra ä tö na värua na ô nei. Haapeepee, ua fätata roa oia i te tae i Fanätea, i ni'a i nä ofa'i tuiroo.

 

I te otu'e i Tataa

Aita o Täfa'i i haamaoro : te hoe, te vaa i raro i te tai, e ua hoe atu i te otu'e i Tataa i Fanatea.
Ia tae i reira, të noho ra te tahu'a hi'ohi'o varua. Ui atura o Täfa'i iä na e:
-"Ahiri e te tahu'a , aita änei oe i ite a'e nei i te värua ö tä'u vahine o Hinaehuehu i te rereraa a'e nei?
-Oia!
-Tei ni'a i tei hea ôfa'i töna tauraa?
-Tei ni'a i te ôfa'i ora. Täpapa haapeepee, ia röaa iä oe, a faaho'i, e ora tä oe vahine.
-Ua reva a'e na?
-Nö reva noa atu ra!"
Tei raro te vaa i te tai e të hoe ra o Täfa'i i Aimeho.
Ia tae i reira, tei ni'a atu ra oia i Mou'a Tapu i te a'eraa. No hemo noa atu ra e të faaroo noa hia ra ä te uuru pererau ö täua värua ra, të rere atu ra i Tapua'emanu ë, mai reira e rere roa atu ai i Rauhotu no'ano'a e vai ra i Temehani i Ra'iätea ra.

 

I Rauhotu no'ano'a

Te rere atu ra te värua iTapua'emanu, oia o Mai'ao, të täpü poto atu ra o Täfa'i i te hoeraa i Ra'iätea, ia nä mua oia i te tapae. Ia tae oia i te reira, ua vaiho i te vaa e ua haapeepee oia i te pa'iuma i ni'a i te mou'ä ë tae'a roa atu ra i te ara aa (oia te maaraa 'e'a). Te vai ra i reira e piti nä ôfa'i tei parauhia ë: te ôfa'i ora e te ôfa'i pohe. Tei reira ato'a o Tüteahoroa, te tahu'a tia'i i taua nä ôfa'i ra.
Ua ani atu o Täfa'i iä na ë:
-"E te tahu'a ë, aita änei oe i ite i te värua ö tä'u vahine i te rereraa a'e nei ?
Pähono mai nei te tahu'a ë:
-"Aita ä i rere iho ra , ta oe ia e täpapa mai nei ?
-E !
-E täpuni oe, e haamaha i tö oe rohirohi. A faaineine noa rä i tä oe tähei. Eiaha ia ora, te vähi höpe'a teie e reva roa atu ai i Rauhotu-no'ano'a!"


 

Te haruraa värua

Ua mäha maita'i te rohirohi ö Täfa'i i faaroo ai räua e te tahu'a i te vïvï e te vävä ö te rereraa atu taua värua ra. Parau atu ra te tahu'a iä Tâfa'i ë:
"Te faaroo ra oe, a täpuni maita'i i piha'i iho i te ôfa'i na. Të nä reira mai ra te rereraa. A faaineine maita'i i tä oe tähei. Ia tau mai i ni'a i te ôfa'i i reira oe e tähei ai."
Të ite mai ra o Täfa'i i te varua ö täna vahine i te rereraa atu : të mäve noa ra terä ra mau io rouru ehu ë, tau iho ra i ni'a i te ôfa'i ora. Tei ni'a te mata i te rua ô Rohutu-no'ano'a ê ,
e mea huri mai te tua i ni'a iä Täfa'i tei ore i haamaoro, haapeepee iho ra i täna tähei nö te tähei mai te varua ö tei here hia e ana ra. E, mau mai ra te värua i roto i te tähei, are'a te rouru , ua viri'ö roa ia i roto i te apu rima ö Täfa'i, tä te tahu'a o Tüteahoroa i parau atu ë:
-"A rave i te värua ô tö vahine ë, a höho'i i te fenua !"

 

Te faaho'iraa o Tâfa'i i te värua ô töna vahine

Höho'i mai nei o Täfa'i e te värua ô täna vahine  i Uporu oia i Haapape, tuu atu ra o Täfa'i i te värua o täna vahine i roto i te rima o te Tahu'a ë , näna e faaho'i i roto i te tino, nä roto i te maiüü rima e te maiüü âvae. I reira iho ra, ora faahou mai ra o Hinaehuehu, ë ora atu ra räua o Tafa'i i te ho'e oraraa maita'i e te 'oa'oa. Ia tö te vahine , fänau mai ra e tamäroa tä räua i topa hia te i'oa ô Vähi'ëroa.

.......

Ia tae i töna mate roa raa, ua reva te värua ö Täfa'i nä roto i te anuanua e ua riro oia ei atua.Eita te mä'ohi e haamo'e iä Täfa'iuriuri te tumu ö Haavai. Ua faatumu rä töna i'oa e töna âai i ni'a i te ho'e aihere ô te fenua, oia ho'i te maiuutäfa'i, tei rave hia e taua toa ra ei hei nö na.

 

Publié dans reo ma'ohi

Partager cet article

Chant de Pai pour sa lance Rufautumu qui perça Moorea

Publié le par rohutu

 


Honoura e a rave na oe i te rau ape
I nia i to taua ra paepae ia Taraatinirau i te faa ra i Ataaroa.
A tahiri na oe i te matai ra e Maoae, ia pee te rupehu i nia te fenua Eimeo.
Potua i te rai vetea, potua te rai vetea.
Maoae te matai i tau omore ia Rufautumu no Ataaroa.
Te Teva i uta, te Teva i tai, te Teva rarirari
Te Porionuu e a hio na ia Rufautumu.
Ua fetoitoi te are o te moana,
Ua ruperupe te hupe o te moua;
Rufautumu e, Rufautumu e afai na oe i tou nei roo i nia te fenua Eimeo.
Te omore teie a Pai Tuarere no te faa ra i Ataaroa,
Te tamaiti a te Arii no Ataaroa o Ariitaua.
No oe te roo tau e amo nei,
Ei faaite raa ia i te ui amuri atu:
 O  Rufautumu te ioa i te omore i patia hia i Eimeo.
E ore roa te reira roo e moe e tae noatu i te hopea.
Rufautumu e, Rufautumu e,
Peipei na vau ia oe i nia i te otue TATAA;
i reira hoi au i faaineine i au i te patia raa i Eimeo.
E Pai e a vero. E Pai e a vero,
Patia na vau ia Rufautumu i nia i te moua tapu hia.
Ruru te tai o Rufautumu na nia i te tua aivi.
Tuarere i te Po , Tuarere i te Ao,
O marama nui hoi ua hee.
Te oto noa ra te vahine heipua,
Te ui rairai ua fati.
Maraetapu e, ua Tinitaua i te aito no Ataaroa.


Bulletin de la Societe des Oceaniennes no 028 de Dec. 1928 pp 170-171
( transmis  par M.K.EMORY qui le tenait de Me THURET).

Publié dans reo ma'ohi

Partager cet article

Te Rerega varua i Maareva

Publié le par rohutu

pmetiekura.jpg picture by rohutu

Publié dans articles en français

Partager cet article

Toponymie des terres côté Punaauia

Publié le par rohutu

villageaFaaa.jpg
toponymiePunaauia.jpg

toponymiepunaauia2.jpg

toponymiepunaauia3.jpg

Publié dans articles en français

Partager cet article

Toponymie des alentours de Tataa

Publié le par rohutu

jpeg_7712182543_1.jpg

L’objectif de cette étude est de comprendre ce que les âmes font à Tataa. En effet, tout projet de protection et de valorisation du site devra respecter la fonction du site.
Selon les divers témoignages recueillis, il semble qu’elles effectuent déjà un travail de dépouillement et suivent un parcours très précis à l’intérieur de leur mataèinaa d’origine, avant de se diriger vers Tataa.
Les parcelles qui apparaissent sur le plan cadastral et qui appartiennent à l’Intercontinental Beachcomber sont Fanatea, Umere, Tahutumu, Pahaìahitu, Vaiàitu et Tiàraì. Celles de l’ex-hôtel Bel Air et appartenant au Pays sont Parepare et Vaiàitu.
Nous n’avons pas trouvé de parcelle portant le nom de Tataa, ni dans les tomite de 1852, ni dans les PV de bornage établis lors du cadastrage de Faaa. Tataa pourrait donc désigner soit l’ensemble de la colline, soit la pointe vue depuis la mer.
Les 2 sources sont connues aujourd’hui sous les noms de Punaau (celle du Bel Air) et Vairaì (celle côté Faaa). Vaiàitu pourrait être l’un des noms de Punaau, puisque ce toponyme apparaît en partie sur le plan cadastral  du Bel-Air.


Découpage des toponymes par le mot à mot

Les dictionnaires utilisés : celui du Fare Vanaa, le Davies et le Stimson.

Fanatea :
Fana : arc pour tirer des flèches
Fanä : vergue de pirogue
Fano : 1- Aller vers un endroit distant ; 2- partir en bateau
Tea : blanc, clair
Teà : tirer une flèche avec un arc
Ätea : 1- clair, sans obstacle (ateatea) ; 2- distant, éloigné

Umere :
1- morceau de poésie à la louange d’un lieu ou d’un parti ; 2- s’étonner, admirer ; 3- faire l’éloge de quelque chose ; 4- crier de joie ; 5- a ceremonial drum (Stimson, Vahitahi)


Tahutumu :
1- Nom de certaines fêtes, prières et cérémonies ; 2- Femme toujours insatisfaite qui proteste sans cesse.

Tahu : 1 – allumer un feu ; 2- faire des cérémonies de magie ou de conjuration
Tumu : 1- racine, origine, cause, raison, fondation, source ; 2 – tronc, arbre ; 3- sujet (tumu parau) ; 4-  l’un des principaux dieux (Tumu-nui)

Pahaìahitu :
Ahitü : 1- Une compagnie de prêtres de l’ancienne religion. Sorte de naziréens, ils résidaient dans une maison sacrée sur le marae et observaient des coutumes particulières telles par exemple de ne pas se raser la barbe et de ne pas se couper les cheveux (Davies) ; 2- Les aides d’un constructeur de pirogue (Davies)
Pahaì : ?
Pafaì : Cueillir des fleurs ou des fruits, soit à la main, soit à l’aide d’une gaule.

Vaiàitu :
Aitü : 1- /ài/tü/ : /manger/debout/ ; 2- dieu ou déesse
Vai :1- eau , rivière ; 2- exister, être : 3- demeurer, durer

Tiaraì :
Tià : 1- se lever, se dresser ; 2- délégué, représentant
Raì : 1- chef suprême ; 2- ciel
Ti/a/raì : cordyline/de/chef suprême
Tiaraì : pousser (türaì)

Parepare :
1- solliciter la faveur d’une divinité, prier ; 2- défendre, garder (comme le fait un soldat)

Vairaì :
Vai :1- eau , rivière ; 2- exister, être : 3- demeurer, durer
Raì : 1- chef suprême ; 2- ciel

Punaau:
Puna : 1- source (vaipuna) ; 2- fertile, prolifique (femme) ; 3- refuge de poissons : 4- pierre à poissons
Au : 1- aimé, convenable, digne ; 2- courant (òpape) ; 3- pierre placée dans un marae pour écarter un mal que l’on redoute : 4- fumée, vapeur (au auahi) ; 5 -espadon



 



 

Publié dans articles en français

Partager cet article

TOPONYMIE TATAA / source : Merehau

Publié le par rohutu


FANATEA ::=

Zénith par opposition au Nadir.

UMERE :

Eloge de quelqu’un, de quelque chose ou d’un lieu.

TAHUTUMU :
TAHU= radical, prédicat, Allumer le feu (dérivé du terme ahu=chaleur) TUMU=Fondation, tronc.
Enoncer des principes religieux.


PAHAIAHITU :
PAHAI = Personne mature, doyen, homme d’âge mûr.
Conseil des 7 sages (ancien Toohitu).

VAI AITU :

VAI = nom, eau essence.
Source de ce qui corrompt ce qui est, en  parlant du temps. (source de mangeur du temps)

TIARAI : (TU RAI )

Seigneur du ciel.

VAIRAI :
VAI = nom, eau, essence.
Essence du ciel.

PUNAAU :
PUNA = pierre de fondation.
Pierre de fondation d’une fédération de communauté.

Mauruuru Merehau pour ce partage et pour la reconfirmation de l'importance de ce haut lieu spirituel dont les limites geographiques dépassent largement le promontoire de Tataa.

Limites du site sacré aujourd'hui à préserver,soumises par Rohutu No'ano'a pour ;
-son inscription sur la liste des sites classés
-le classement de cet espace en zone protégée ND dans le PGA de la commune de Faaa.


DSC02135.jpg
en rose: limites du site sacré: Tataa+Punaau+Vaira'i+Veo
en bleu: zone ND


 

Publié dans articles en français

Partager cet article

Toponymes du lagon de Faaa

Publié le par rohutu


Tataa vu de Outumaoro

jpeg_7712182641_1.jpg


L’objectif de l’étude des toponymes du lagon de Faaa est de comprendre l’utilisation traditionnelle de cet espace marin par les habitants de
Faaa. Cette étude s’inscrit dans une démarche de protection de Tataa avec l’aide des êtres qui y sont présents : pierres, terre, eau, plantes et arbres pour la partie fenua, océan, coraux, sable, poissons, crabes, etc.. pour la partie moana.

Les toponymes ci-dessous sont extraits du registre des terres de
Faaa établi en 1852 (tomite). Sur les 380 parcelles enregistrées,14 parcelles se prolongent ou sont entièrement situées dans le lagon. Ce sont celles qui apparaissent dans le tableau ci-dessous.
Un fond de carte cadastral est nécessaire pour pouvoir les situer. Une première lecture des tomite permet cependant de faire les remarques suivantes :

Quant à leur situation géographique :


1- les terres situées aux limites du district de
Faaa vont jusqu’au récif :

➢ à la limite avec le district de
Pare :
-
Farero = entrée de la passe de Papeete. Le fatu, Tereraaroa a Matihamu, était celui qui recevait les cadeaux nécessaires et coutumiers pour pouvoir entrer dans la passe de Tipaeru'i.
« Les pirogues qui arrivaient de nuit à
Papeete, avaient la possibilité d’emprunter la passse de Tipaerui, sous réserve de faire les cadeaux nécessaires et coutumiers. Cette passe jouissait donc d’un privilège de nuit, identique à celui dont bénéficiaient les passes de Taunoa, à Teporionuu et à Vaiari. » (V.BODIN, La langue et la société, p 218)

➢ à la limite avec le district de
Punaauia :
-
Tahutumu, Umere et Fanatea = 3 parcelles contiguës en bord de mer. Est-ce pour y pêcher ? ou parce que le rereraa varua se prolonge dans le lagon ?

2- sont contiguës :
-
Tiàine (139) et les 2 Avaavatainehu (321 & 322)
-
Vaioue (63) et Tepapauri (64)
-
Teroto (94) et Vaivaro (353), appellent toutes 2 les terres Rautea ou Rautea iti.

3- peuvent d’ores et déjà être situées :
-
Tefirifiri, qui est proche de la pointe Hotuarea
-
Motu Tahiri, est le motu autour duquel a été construit l’aéroport

D’autres lieux situés dans le lagon et chantés encore aujourd’hui dans les himene tarava n’apparaissent pas dans ces tomite. Il s’agit notamment de :
Toà o Täne, Toà Marama, Te Rua Maò.

Quant à leur signification :


Farero : 1- espèce de corail branchu (acropora pulchra) ; 2- Fare/rö/ = habitation/armée (les armées sont comparées à des fourmis, en raison de leur nombre, de leurs mouvements synchronisés et de leurs armes). L’entrée de la passe serait donc bien protégée.

Tahutumu, Umere, Fanatea : termes liés aux invocations et/ou au voyage (cf leur découpage dans le document intitulé «toponymes Beachcomber »). Notons que Fanatea a été tomite par une femme, Toimata Matahiapo a Fareùra. Fareùra pourrait être le nom d’une école (fare àiraa upu) et Toimata, une des enseignantes.

Tefirifiri pourrait avoir un lien avec la récitation des généalogies. Notons que le fatu se nomme Temahu Taae a Matihamu, et a donc le même patronyme que celui qui a tomite Farero.

Tiàine, Vaioue (Vai-o-‘Ue ?), Toà o Täne, Toà Marama, Te Rua Maò
se réfèrent sans doute à des gardiens et à l’action de veiller.

Avaavatainehu et
Vaivaro indiquent probablement les espèces marines qui y vivent (nehu, varo). Notons aussi que les 2 parcelles Avaavatainehu 1 et 2 sont tomite par les arii de Faaa, Tepau (dont le titre complet est Te-Pau-Arii-i Ahuraì), qui contrôlent sans doute la pêche communautaire au large à l’âppat vivant (nehu) avec le vaa tira.

Tepapauri et Teroto : au 1er niveau de langue, ces mots se rapportent à la configuration géologique (papa uri, roto). Cependant, papauri désigne aussi un chef inférieur.

Légende du tableau :
En jaune : prolongement de la parcelle dans la mer.
En bleu : Terres contigües
L’unité de mesure utilisée dans les tomite est le ùmi : 1 ùmi= 10 ètaèta = 18m


N° du tomite-Nom de la parcelle-Description des limites de la parcelle-Observations :

-365 :Farero :(E miti tei Nuutere). E moti ia i tahatai haere roa ai e te aau, e riro ia e 600.
E moti hoì i te òtià rahi i Pare i nià i te aau haere roa ai e Te Puaohono, e riro ia e 700 te aano o teie nei miti.
O Tereraaroa Tamoe a Matihamu te fatu no teie nei fenua. Limite Pare-Tefana
A rapprocher de Puuohoho (tomite Tutuapare, Faaa, n°2) et de Puaohono (récif à Taapuna)

-63 :Vaioue :E moti ia i
te haari i te òfaì tanuhia e te toohitu haere roa i raro i te miti i Toavaima, e riro ia e 6 umi.
E moti hoì i Tepapauri haere roa ai e Uufau, e riro ia e 2 umi e ma….
O Teina a Roie te fatu no teie nei fenua. Contiguë à 64

-64 :Tepapauri :E moti ia i Teurutea haere roa i Vaioue, e riro ia 1 umi e ma 3.
E moti i Toavaima i raro i te miti, e haere roa ai e te haari i te òfaì tanuhia e te toohitu , e riro ia e 6 umi te maoro.
O Teina a Roie te fatu no teie nei fenua. Toavaima


-94 :Teroto :E moti i tahatai haere roa ai e Teahua (te ahua ?), e riro ia e 500.
E moti hoì i Rautea iti, haere roa ai e Hoe, e riro ia e 400.
O Taataarii a Tairapa te fatu no teie nei fenua.

353 : Vaivaro : (E miti). E moti ia i Mahatai haere roa ai i te aau, e riro ia e 4000.
E moti hoì i Rautea haere roa ai e Iriiriroa, e riro ia e 3 ùmi.
O Reia Ehe a Temauri te fatu no teie nei fenua.

-120 :Temarae : E moti ia i Teruatetea haere roa ai e Ofaìuri i raro i te miti, e riro ia e 300.
E moti hoì i Mataaiho haere roa ai e te otià i te hiva, e riro ia 1 ùmi.
O Puaita à Onee te fatu o teie nei fenua. Ofaìuri

-175 :Tefirifiri : E moti ia i Faafaa-te-iore haere roa ai e te otià i Hotuarea, e riro ia 9 ùmi e ma …
E moti hoì i te tai i te ahua haere roa ai e Tepaatae i te òfaì i tanuhia i te purumu, e riro ia e 5 ùmi.
O Temahu Taae a Matihamu te fatu no teie nei fenua. Près de Hotuarea

-139 :Tiaine :E moti ia i Tiatoa haere roa e Taiateruru, e riro ia ua tauatini.
E moti hoì i tahatai haere roa ai e te aau, e riro ia ua tauatini.
O Puaita Papauru a Tuaioa te fatu no teie nei fenua. Contiguë à 321

-321 :Avaavatainehu : E moti ia i tahatai haere roa ai e nià i te aau.
E moti ia i Taiateruru haere roa ai e Puauhu, e riro ia e 5000 te aano i teie nei maa miti e e 2 ùmi tiàhapa.
O Temauiarii Maheanuu a Tepau te fatu no teie nei miti. Contiguë à 322

-322 :Avaavatainehu : E moti ia i Puauhi haere roa ai e Teiriiriroa, e riro ia e 5002 ùmi tiàhapa te aano i teie maa miti.
E moti hoì i tahatai haere roa i nià i te aau.
O Tetuanui Tepau a Salmon te fatu no teie nei fenua.

-287 :Motu Tahiri : E moti ia i te hiti moana haere roa ai e ropu mau i te aito, e riro ia e 300.
E moti hoì i te hiti moana i tai mai haere roa ai e Vairimu i tahatai, e riro ia e 400.
O Papa Tehei a Marari te fatu no teie nei fenua. Motu de l’aéroport

-358 :Tahutumu : E moti ia i Moturaa haere roa ai e Umere, e riro ia e 4 ùmi te aano.
E moti hoì i nià i te purumu, haere roa ai e tahatai, mai tahatai hoì e nià i te aau, e riro ia e 305 ùmi tiàhapa.
O Tetuaiterai a Taamu te fatu no teie nei fenua. Contiguë à Umere

-359 :Umere :E moti ia i Tahutumu haere roa e Fanatea, e riro ia e 3 ùmi ma 5 te aano.
E moti hoì i nià i te purumu haere roa ai e te miti, e riro ia e 305 ùmi tiàhapa.
O Teina Tuino a Teuira te fatu no teie nei fenua. Entre Tahutumu et Fanatea.
Même longueur côté mer que 358

-366 :Fanatea :E moti ia i Umere haere roa ai e te òtià rahi moti atu ai e Teoropaa, e riro ia e 600.
E moti hoì i Faairifau haere roa ai e tahatai, tahatai hoì e nià i te aau, e riro ia e 200 te maoro.
O Toimata Matahiapo a Fareura te fatu no teie nei fenua. Limite Faaa-Punaauia




Publié dans articles en français

Partager cet article

esprits d'ancêtres

Publié le par rohutu


IMG2383_328.jpg

 

D'autres témoignages nous font part d'une énorme tortue blanche aperçue par des piroguiers à proximité de Hi'u (extrême pointe immergée de Tataa), et aussi d'un vieux et gros puhi, blanc également, qui vit dans une source proche de Tataa et qui adore se faire caresser le ventre.

 

 

raie_mantald02.jpg
photo by cynthia
`
A propos d'animaux blancs, il y a une terre à Outumaoro qui s'appelle Fafatea (fafarua-tea?)

Honu, puhi, fafarua  tea : ce sont certainement des « täura » blanchis par les ans, attendant là les âmes afin de les guider sur leur chemin vers Te Pô.

hi'u: queue des poissons
honu: tortue
puhi: anguille
fafarua: raie manta
Täura: protecteur familial, totem
 

 

Publié dans articles en français

Partager cet article

vahine tetea et femmes aux longues chevelures...

Publié le par tetuaripa

 

Certaines nuits, les gardiens de nuit de l'hôtel situé à la pointe Tataa disent voir une vahine tetea aux longs cheveux noirs et tout de blanc vêtue venir s'asseoir
soit sur la pierre de rereraa

DSC02992.jpg

La maman de Tafa'i était aussi une vahine tetea que son père a attrapé par les cheveux, et que l'on a appelé Hina-Tahutahu "à cause de son origine surnaturelle et la possibilité qu'elle avait de faire des choses merveilleuses telles que guérir les malades, lire dans la pensée et prédire l'avenir".
(T. HENRY p.559)

Quant àTafa'i , il est lui-même  venu à Tataa chercher l'esprit de sa femme Hina qui venait de décéder et il l'a rattrapé de justesse par les cheveux.
(voir la légende de Tafa'i dans l'ancienne édition de T.HENRY,p.577)


D'après Mme Aurora Natua cette Hina est originaire de Hamuta et son marae s'y trouve.
T. Henry parle d'une "belle et jeune cheffesse du Nord de Tahiti , connue pour ses magnifiques cheveux noirs qui descendaient jusqu'à ses pieds". (p.577)
 
vue580.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans articles en français

Partager cet article

ROHUTU MOANA

Publié le par tetuaripa


88ogvww0.gif

Le rohutu moana pourrait être une partie du :

- celle où Pere-i-tai et son frère Mataì-rua-Puna ont vécu pendant un an avec quelques uns (donc les autres sont ailleurs) de leurs ancêtres.....Dans cette région se trouvaient d'immenses conques qu'utilisaient les habitants
(T Henry, Légende de Punaauia p 615).

- ou celle où Maui a été faaamu (élevé) par ses 2 tupuna (ancêtres) après que sa maman ait jeté dans l'océan  le "maro tiitii i putiihia i te rouru o Uahea" dans lequel le foetus était enveloppé ;

-  de même pour Heitarauri, né également prématuré (fanau pü fenua) et élevé sous la mer par 2 esprits-requins (voir la version de Charles Manutahi).

(très souvent dans notre mythologie, les enfants spéciaux naissent "pû fenua" comme
Maui, Hono-Ura, Pai, Heitarauri)

Publié dans articles en français

Partager cet article

MU and MENEHUNE PEOPLE

Publié le par rohutu

Publié dans articles in english

Partager cet article

Homeless and desolated ghosts

Publié le par rohutu

Publié dans articles in english

Partager cet article

MAUI AT KEKAA

Publié le

IMG2379_324.jpgAt Kekaa lived Maui and Moemoe ; the great desire of one was to sleep ; his head on the pillow, there he would lie until Welehu (November) became the month. This person was Moemoe. The other desired to travel. When Moemoe slept, Maui was traveling, each according to his taste. While Moemoe was sleeping a freshet came down and covered him with debris, with the exception of his nostrils ; a kukui nut however, rested on his nostrils and commenced to grow.
It grew tall and at the same time tickled the nostrils of Moemoe ; so he awoke and said : « here I am at my favorite pastime, asleep, and yet i am awakened by this cursed kukui tree. »So he made up his mind to give up this to which he was addicted and to search for his friend, Maui.
A road on the northeast side of Kekaa was named after one for these men; it is called « ke alanui kikeekee a Maui »- the zigzag pathway of Maui. The first one who trode this pathway , however, was Eleio, the fast runner of Kaaleneo(Kakaalaneo), the excellent king of that period.
extraits de:« sites of Oahu », compiled by Elsphet P. Sterling and Catherine C. Summers

IMG2365_311.jpg

Publié dans articles in english

Partager cet article

PUU KEKAA

Publié le par rohutu

IMG2339_285.jpg
Puu Kekaa
is the most prominent natural feature at Kaanapali. Formed by an old lava flow that entered the sea, this work of the volcano goddess Pele creates a little cove, with beaches on either side that attracts abundant marine life.
IMG2383_328.jpg It was very sacred to ancient Hawaiians as a leina a ka’uhane where souls depart or leap over into the spirit world at death.
    Kekaa was the birthplace of Kaululaau, the wayward son of Kakaalaneo, who was exiled to Lana’i for cutting down an orchard of breadfruit trees. On Lana’i he fought and overcame all the ghosts that made that island uninhabitable and, for this deed was welcomed home a hero.
    A heiau was situated on top of the sacred puu, where the Sheraton-Maui Resort now stands,
IMG2338_284.jpg

and Kekaa, an old farming and fishing village, was located near the beach between the royal Lahaina Hotel and the Maui Eldorado Condominiums.

    IMG2343_289.jpgMaui the demi-god is said to have begun many of his legendary exploits because the close proximity to the departing place for the dead was considered advantageous to the warriors who would lose their lives while fighting.
    Kahekili, known as the « thunderer », was the last great Maui chief. He ruled the island for 27 years, beginning in 1766, and, through warfare and marriage, expanded his domain to include all the Hawaiian Islands except Kaua’i and Hawaii. Three times during his reign Kahekili threw off invasions of East Maui instigated by big island chief, Kalaniopuu. Later Kahekili’s armies fought in
decisive battles against Kamehameha the Great. Once, when Kamehameha sent a mssenger to Kahekili to negociate wether or not they should have another war, Kahekili sent back a reply to the young Hawaii chief to wait until the aged Maui chief was dead and burial rites performed before coming against Maui in war again. This is just what Kamehameha did.
    In his prime, Kahekili was honored for his ability as an athlete of lele kawa
(to leap feet first from high sea cliffs into the ocean).
IMG2363_309.jpg There are places on Oahu and Lana’i known as Kahekili’s leap. However, Puu Kekaa is where the Maui chief made his most impressive jumps. Only someone with tremendous mana could jump and return unharmed from where the souls of the dead leapt over into the other world. According to tradition, Kahekili did this many times at Puu Kekaa.

extraits de "Ancient Sites of Maui..."Archeological Places of Interest in the Hawaiian Islands"-Author: Van James


Publié dans articles in english

Partager cet article

STONES AT KEKAA

Publié le

IMG2369_314.jpg
When the Maui Eldorado was being built, Eric Jacobsen unearthed two very large stones, both of which are historic in Hawaiian legends. One is Moemoe, who was turned to stone by the demi-god Maui in a fit of pique over Moemoe’s insults. The man’s name is the hawaiian for sleep and it is said that his influence is exerted over all of those who stay at Maui Eldorado, making them sleep loudly.
    
The other rock is known as « Pohaku Wahine o Manua » and it also has a history that is vaguely connected with sleep , possibly because of its close proximity to Moemoe.
    
From Thrum’s Hawaiian Annual for 1909 we learn about Wahine o Manua in an article about Halulukoakoa Heiau.Here it is :
Halulukoakoa, a coral structure, is famed traditionally as having given shelter to Wahine o Manua, a very beautiful young woman who fled from her husband in consequence of constant ill treatment. Regardless of the rigid kapu of the heiau(s) against women being allowed within their sacred walls, shed hid herself therein and watched those searching for her . On their departure she ventured forth and on reaching the road an pueo owl god appeared to her as guardian and guide, and led the pursued girl by the clapping of its wings, thru the brush till she reached the large stone mauka of Kekaa, Kaanapali (this is the hill against which the Sheraton-Maui is built) where it left her and she lay down and slept till morn, when she arose and departed. The stone is now Known as Pohaku o Manua.
The last sentence was quite a lengthy one, but was copied verbatum. The entire story was part of a statement made by an old Hawaiian who had been caretaker of Wailehua for fifty years prior to that time (Wailehua Heiau at Makila, Polanui, Lahaina-Walker Site 6).
So Eric Jacobsen has two interesting stones, both tremendous in size, on which he plans to place descriptive plaques for the edification of all who are attracted to these pohakus.
extraits de:« sites of Oahu », compiled by Elsphet P. Sterling and Catherine C. Summers
IMG2362_308.jpg

Publié dans articles in english

Partager cet article

CONCERNING KEKAA

Publié le

IMG2296_242.jpgThe important thing is that  Kekaa was the birthplace of Kaululaau (son of Kakaalaneo), the famous one who traveled all over Lana’i fighting the numerous ghosts there and made it a land fit to be inhabited by human beings as it is at the present time.
Concerning the great amount of human bones at this place. On account of the great number of people at this place there are numerous skeletons*, as if thousands of people died there ; it is there that the Lahainaluna students go to get skeletons for them when they are studying anatomy. The bones are plentiful there ; they completely cover the sand.IMG2299_245.jpg
    This is also a ghostly place. Some time a number of people came from  Kaanapali (from other side) going to Lahaina during dark . When they came to Kekaa stones rolled down from the top of the hill without any cause. Listening to it, it seemed as if the hill was tumbling down ; the people going along were startled and they explained, « Kekaa is ghostly ! Kekaa is ghostly ! »
Certainly it is a strange thing for this hill to do.
IMG2287_233.jpg
    It is said that when a person dies his spirit journeys to Kekaa; if he has a friend there who had previously died, that one would drive it away when the spirit is nearing Kekaa. Sometimes the spirit of a person would return and re-enter the body, and cause it to come to life again ; that is what has happened to those who are living again. Many souls came to this place, Kekaa. It is called the Leina-a-ka-uhane, the leaping place of the soul. Only the spirits of subjects (makaaina) go to Kekaa ; the souls of farmers* and the souls of chiefs go to the volcano when they die? If they have friends there some of them are driven back (whenever they reenter the body) and live again.
*This was the vicinity of several bloody battles
*Nowhere else is the idea presented of the souls of the lopa -the low farming class- being admitted to the same realm as those of the chiefs. On the contrary, lacking aumakua to aid them, their spirits were doomed to a wandering friendless sphere.
IMG2313_259.jpg
Puu Kekaa and Chief Kahekili

    This famous dark lava rock promontory is named Puu Kekaa in Hawaiian which translates as the « rolling hill ». To this day, it is reverred as a sacred spot known as «  ka leina a ka uhane »- the place where a soul leaps to eternity.
One of Maui’s most acclaimed high chiefs was Kahekili (ruled circa 1766-1793) who excelled in the game of « lele kawa » or cliff jumping. He gained respect from many warriors for his leaps from
Puu Kekaa as most were frightened of the spirits who lived in the area.

 
extraits de:« sites of Oahu », compiled by Elsphet P. Sterling and Catherine C. Summers

Publié dans articles in english

Partager cet article

1 2 > >>